Page

« Les réseaux sociaux  : nouveaux espaces de contestation et  de  reconstruction de la politique ? »

Coralie RICHAUD - Docteur en Droit CERCOP

Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel n° 57 (dossier : droit constitutionnel à l’épreuve du numérique) - octobre 2017

Extrait : Au fond, l'étude des réseaux sociaux en tant que nouveaux espaces de contestation et de reconstruction de la politique, doit s'analyser sous le prisme des utilisateurs et des destinataires. Au moins deux manières d'envisager le lien entre le rapport d'horizontalité et de verticalité existent en fonction de la nature collective ou individuelle de la contestation dont les réseaux sociaux sont les vecteurs. D'une part, les réseaux sociaux apportent à la contestation de la politique, le socle nécessaire à sa mise en forme. En cela, les réseaux sociaux sont les supports qui permettent de réactiver l'ascension des gouvernés vers les gouvernants. L'horizontalité des réseaux sociaux dépasse alors la verticalité des structures classiques et redéfinit la relation gouvernés/gouvernants. D'autre part, les réseaux sociaux ne sont plus utilisés comme le socle commun d'une contestation mais des contestations des gouvernés et par là même ne hissent plus les contestations individuelles jusqu'aux gouvernants. Ce faisant, les réseaux sociaux sont les supports des contestations individuelles et dans ce cas l'horizontalité se heurte à la verticalité sans pouvoir la pénétrer.

Les articles sont en accès libre sur le site du Conseil constitutionnel à partir de l'année civile n-2.