Conséquences de la comptabilisation des bulletins blancs

TYPE D'ELECTIONS
CONSEQUENCES
Elections à la représentation proportionnelle (régionales, en partie sénatoriales, municipales dans les villes de plus de 3500 habitants) Compliquerait les calculs (modification du quotient électoral)
Elections au scrutin majoritaire à deux tours (législatives, cantonales, municipales en dessous de 3.500 habitants) 1) Elévation du chiffre de la majorité absolue rendant l'élection au premier tour plus difficile, sans grand risque de modification du résultat final (donc : complication inutile).

2) Impasse dans l'hypothèse où les bulletins blancs auraient obtenu la majorité relative au second tour : personne ne peut être élu.

Election présidentielle Cf. Art. 7 de la Constitution : « le Président est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés ».

D'où deux effets possibles de l'assimilation des bulletins blancs aux suffrages exprimés :

- Rendrait plus difficile une élection au premier tour.

- Empêcherait l'élection au second tour si le candidat arrivé en tête ne rassemblait pas plus de voix que celles de son adversaire augmentées des bulletins blancs.

Référendums Le projet ne pourrait être adopté que si le nombre de bulletins « oui » était supérieur à celui des « non » et des « blancs » réunis.