Allocution télévisée du Président de la République

6 juillet 2000

Mes chers compatriotes,

J'ai décidé d'appeler les Français à se prononcer par référendum sur la réduction de la durée du mandat présidentiel. Cette réforme, dont j'ai pris l'initiative sur proposition du premier ministre, est souhaitable. Elle est nécessaire.

En permettant à chacun de choisir, à intervalles plus rapprochés, celui ou celle qui doit présider aux destinées de la Nation, la réduction de sept ans à cinq ans du mandat présidentiel donnera à notre pays une meilleure respiration démocratique. Elle vous permettra de participer plus souvent, personnellement et directement, à notre débat public, à une époque marquée par des changements profonds et rapides, partout, en France, en Europe, dans le monde. Elle adaptera nos institutions au rythme de notre temps.

Il ne s'agit pas, vous le savez, de remettre en cause l'équilibre de nos institutions. Des institutions qui ont fait la preuve de leur solidité, de leur souplesse, de leur adaptation au génie de notre peuple, mais il s'agit de les adapter pour les rendre plus vivantes. Depuis 1962, le Président de la République est élu au suffrage universel direct, et c'est le temps fort de notre vie nationale. En prenant la parole plus fréquemment, vous serez mieux à même d'exprimer notre ambition et de choisir les grandes orientations que vous voulez pour notre pays. Nous donnerons aussi plus de force au suffrage populaire et la capacité de chacun de peser sur notre destin collectif sera renforcée. Cela répond à une plus grande exigence pour la démocratie, une démocratie que je veux toujours plus proche des citoyens, toujours plus ouverte au dialogue.

J'ai souhaité que le projet réduisant la durée du mandat présidentiel soit voté tel quel par le Parlement. Et je me réjouis qu'il en ait décidé ainsi. Maintenant, mes chers compatriotes, c'est à vous de choisir. Cette réforme constitutionnelle aurait pu être définitivement adoptée par un vote du Parlement convoqué en Congrès. Je ne l'ai pas voulu.

S'agissant du Président de la République, élu par l'ensemble des Français, c'est aux Français, à vous toutes et à vous tous, de vous exprimer par voie de référendum pour fixer la durée de son mandat. C'est votre liberté et votre droit ; un droit essentiel car la démocratie c'est d'abord l'expression par le peuple, seul souverain, d'un choix et d'une volonté. Par cette consultation, c'est la vitalité même de la démocratie qu'il s'agit de renforcer. Elle requiert un engagement constant et il n'en est pas de plus élevé. Dans cet esprit, je souhaite que le référendum devienne d'un usage plus régulier. La consultation directe du peuple est à la source de la Vème République. Les Français doivent pouvoir s'exprimer directement, eux-mêmes, sur certains grands sujets. C'est la voie d'une démocratie sereine, où chaque citoyen affirme à la fois sa volonté et sa responsabilité.

J'ai retenu, en accord avec le premier ministre, la date du dimanche 24 septembre prochain pour cette consultation. Et je souhaite, mes chers compatriotes de métropole, d'outre-mer, de l'étranger, que vous approuviez l'instauration du quinquennat.

Je demande à toutes celles et à tous ceux qui partagent cette ambition démocratique de se mobiliser, d'expliquer de convaincre et de s'engager clairement pour le "oui".

Vive la République ! et vive la France.