Communiqué de presse - 2011-645 DC

Décision n° 2011-645 DC du 28 décembre 2011 - Loi de finances rectificative pour 2011


Dans sa décision n° 2011-645 DC du 28 décembre 2011, le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur la loi de finances rectificative pour 2011 (la quatrième de l'année) dont il avait été saisi par plus de soixante députés.

En premier lieu, les députés contestaient l'insertion dans cette loi de l'article 23 qui ouvre aux sociétés dont les actions ne sont pas cotées des possibilités nouvelles de procéder au rachat de leurs propres actions. Ces dispositions modifiaient le code de commerce. Elles ne ressortissaient pas au champ des lois de finances et le Conseil constitutionnel les a donc censurées.

En deuxième lieu, les requérants contestaient l'article 13 de la loi qui porte, sauf exceptions, le taux réduit de la TVA de 5,5 % à 7 %. Le législateur a maintenu à 5,5 % le taux applicable aux ventes des produits destinés à l'alimentation humaine et porté à 7 % le taux applicable à la restauration, y compris les produits alimentaires préparés en vue d'une consommation immédiate. Ces dispositions, aux définitions claires, ne méconnaissent pas le principe d'égalité et sont conformes à la Constitution.

En troisième lieu, le Conseil a d'office procédé au contrôle du respect de la procédure parlementaire. Il a, à ce titre, censuré comme constituant des cavaliers législatifs, l'article 73 (règles applicables aux associations de gestion et de comptabilité) et le paragraphe II de l'article 88 (missions de la Société de gestion du contrat de transition professionnelle, filiale de l'AFPA), et comme ne respectant pas les règles de « l'entonnoir » les paragraphes III et IV de l'article 68 (contingent d'alcool pour des pharmacies d'officine).